CULTUREBOX, OCTOBRE 2017

Culturebox octobre 2017 - Les Mondes de Carole-Anne

Comme chaque mois, j’avais dans l’idée de te présenter ma review culturelle en vidéo. Mais honnêtement, j’ai une telle quantité de travail d’écriture en ce moment qu’il m’était difficile, cette semaine, de prendre l’habituelle journée qu’il faut pour tourner et monter cette review. Mais comme par ailleurs je ne voulais pas manquer ce petit survol mensuel de mes découvertes culturelles, j’ai décidé de te proposer ma culturebox sous format article. Et voilà !

Sorties culturelles :

  • Expo tarot Ettore Fico -Les Mondes de Carole-AnneCe mois d’octobre, j’étais à Turin, splendide ville du nord de l’Italie pour les 30 ans de mon éditeur de tarot, Lo Scarabeo. Leur anniversaire était jumelé avec une prodigieuse exposition sur l’histoire du tarot au musée Ettore Fico. En tant que lieu, tout neuf et design, ce musée vaut déjà le détour. Mais je dois dire que cette expo est de toute beauté. Elle retrace le parcours du tarot, de la Renaissance à nos jours. Des pièces d’époque sont présentées, qui doivent valoir des fortunes. Cerise sur le gâteau : mes deux tarots, le Cat Tarot et le tarot de la Nuit (à paraître l’an prochain) font partie des jeux mis à l’honneur 🙂 !
  • a4_giugÀ Turin toujours, je suis allée au musée du cinéma turinois : et waouh ! quelle découverte ! Le musée se tient dans un lieu historique, la Mole Antonelliana. En haut du dôme doré, on accède à une terrasse panoramique qui permet de contempler la ville. L’intérieur, gigantesque, retrace l’histoire du cinéma au travers de mises en scènes ludiques et spectaculaires. Un formidable travail de déco a été réalisé, c’est totalement éblouissant. À voir absolument si tu visites Turin.

BD :

  • Titeuf - Les mondes de Carole-AnneJ’ai lu le dernier Titeuf : à fond le slip (tome 15). J’en « sors » assez déçue. Certes, Zep n’a rien perdu de son style graphique. Son crayon est toujours aussi performant. Mais au niveau du scénar, ça pêche grave. Les planches ne m’ont pas fait rire, ni même sourire. Comme si l’auteur avait fait le tour de son personnage et roulait à vide. Peut-être est-il temps qu’il se crée un nouveau héros ?
  • Astérix transitalique - Les mondes de Carole-AnneJ’ai aussi lu le dernier opus d’Astérix : Astérix et la transitalique. Après Astérix chez les pictes et Le papyrus de César, c’est le troisième tome à n’être plus dessiné par Uderzo, qui a passé le relais à la nouvelle génération. Je fais la même constatation que pour Zep : bien sûr, le dessin est impeccable et ça fait toujours plaisir de retrouver nos deux célèbres gaulois, mais l’histoire est assez plate. En gros, c’est honorable mais pas inoubliable.
  • 13 Devil street 1940 - Les mondes de Carole-AnneEnfin, j’ai lu 13, Devil Street 1940, de Benoît Vieillard, aux éditions Filidalo. Suite de 13 Devil Street paru en 2016. Le premier tome se passait au temps de Jack l’éventreur. Nous voici ici 50 ans plus tard… Vieillard a gardé le même concept innovant : présenter une action qui se déroule simultanément à plusieurs étages d’un immeuble. C’est drôle et bien fait. Et en plus, on voit Mary Poppins 😉 !

CD :

  • Lara Fabian - Les mondes de Carole-AnneJ’ai écouté le dernier album de Lara Fabian, Camouflage. Elle y chante en anglais. C’est du Lara Fabian, donc si on n’aime pas la chanteuse, il vaut mieux passer son chemin. J’ai trouvé cet opus moins inventif que son précédent album, Le secret. Les chansons sont relativement passe-partout. Pas grand-chose d’original. Pour les fans inconditionnels.

DVD :

  • Sous les jupes... - Les mondes de Carole-AnneJ’ai regardé Sous les jupes des filles, un film de l’actrice Audrey Dana. Le casting est impressionnant : Isabelle Adjani, Vanessa Paradis, Sylvie Testud, Laetitia Casta, Géraldine Nakache, Alice Taglioni, Julie Ferrier, et j’en oublie. L’idée de départ était intéressante, Dana ayant demandé à ses actrices de choisir elles-mêmes le type de rôle qu’elles voulaient incarner. Cela donne lieu à des contre-emplois étonnants (Paradis en PDGette odieuse, Casta en péteuse invétérée, Ferrier en débile légère, etc.). Las, rien ne fonctionne. Tout est d’une vulgarité sans nom. C’est bourré de poncifs éculés, de clichés lourdingues sur l’état de la femme aujourd’hui. On est dans l’humour graveleux et le dialogue médiocre. Et ça devient même embarrassant de voir de si bonnes actrices jouer d’aussi navrantes partitions. (Sans parler du fait que moi, si j’étais un homme, je débanderais sec devant le type de nana hystérique et futile que le film met en scène). Et ce n’est même pas bien réalisé. Bref, à fuir !

Livres :

  • Marie-Madeleine - Les mondes de Carole-AnneJ’ai lu le tout premier livre qu’avait écrit Jacqueline Kelen (auteur dont je suis fan) au début de sa carrière : Marie-Madeleine, un amour infini (Albin Michel). C’est un hommage à ce personnage biblique que Kelen prise tant. L’ouvrage présente une alternance de chapitres écrits à la première personne (Kelen devient Marie-Madeleine), et de chapitres plus informatifs, narrant les moments-clés de la vie de la pécheresse repentie. Bien sûr, c’est bien écrit (je n’en attendais pas moins avec cette auteur). Mais ça verse trop dans le délire mystique. Et si tu ne connais pas sur le bout des doigts la vie de M-M, tu es un peu larguée en rase campagne. En somme : pas mon livre préféré de Jacqueline Kelen.
  • Le premier jour... - Les mondes de Carole-AnneJ’ai lu aussi Le premier jour du reste de ta vie, de Virginie Grimaldi (City éditions). Cette auteur cartonne en ce moment, alors j’étais curieuse de me pencher sur ses ouvrages. L’histoire raconte comment Marie, quadra dévorée par la routine de son quotidien, décide de tout plaquer pour s’offrir une croisière autour du monde… On est dans du roman feel good, le récit est agréable, les personnages attachants. Mais, en dehors de quelques fulgurances littéraires de-ci de-là,  j’ai trouvé la plume assez pauvre. Et puis, à partir du milieu du livre, on se met à patauger dans la guimauve la plus indigeste, ce qui fait que je me suis pas mal ennuyée.
  • La tante marquise -Les mondes de Carole-AnneJ’ai lu également La tante marquise, de l’italienne Simonetta Agnello Hornby (éditions Liana Levi). Cela raconte l’histoire de Costanza, dernière héritière d’une famille aristocrate sicilienne à la fin du XIXe siècle… Je ne suis pas emballée. Je m’attendais à une fresque façon Guépard, dépeignant les derniers feux d’une noblesse déchue. Mais j’ai trouvé l’intrigue glauque (l’héroïne est la fille d’un inceste), les personnages ont tous un côté fin de race assez marqué, et surtout, l’auteur insiste trop sur l’enfance de Costanza, qui dure 250 pages sur les 420 du livre. En outre, cette héritière manque de substance. On termine la lecture en se disant : « Tout ça pour ça ? »
  • Bardot, moi je joue - Les mondes de Carole-AnneEnfin, j’ai lu Brigitte Bardot, Moi je joue, beau livre illustré consacré à la carrière discographique de notre BB nationale (Flammarion). Le livre comporte de très belles photos, dont de nombreuses inédites, et il est légendé par Bribri herself. On n’y apprend rien de révolutionnaire mais tout ce qui concerne la vie musicale de Bardot est joliment survolé (dont bien sûr, sa liaison avec Gainsbourg).

Coups de cœur ❤ :

  • Torino - Les mondes de Carole-AnneLe premier est pour la ville de Turin. Elle m’a vraiment conquise ! Un long travail de réaménagement de la métropole a apparemment été fait ces dernières années et il porte ses fruits. Turin n’a plus rien à envier à Rome, Venise ou Florence. L’architecture est splendide, les prix (restaurants, musées, immobilier) sont incroyablement abordables, les gens sont charmants et accueillants où que l’on se rende. On a l’impression de faire un bond dans le temps et de se retrouver dans une tranquille cité Dolce Vita des années 50. Fonces-y pour tes prochaines vacances !
  • Thank you... - Les mondes de Carole-AnneLe second est pour un livre : Thank you for being a friend, d’Emma Lewis (Smith Street Books). Livre hommage aux Golden Girls, cette série télé des années 80 dont je suis ultra-archi-fan. Il existait jusqu’alors peu d’ouvrages sur les 4 mamies craquantes de Miami. La lacune est en train de se réparer, notamment avec cet opus. Illustré de dessins aux couleurs acidulées, le livre présente, de façon ludique, l’histoire de la série, les bios des comédiennes, les caractéristiques de leurs personnages, ainsi que des tests et des extraits de dialogues. C’est le petit cadeau incontournable pour tout amoureux de la série !

 

Voilà ! C’était ma culturebox pour octobre 2017 🙂 !

Et toi, tu as lu/vu quoi ce mois-ci ?

Je t’embrasse.

 

Publicités

3 réflexions sur “CULTUREBOX, OCTOBRE 2017

  1. Ce mois-ci, le dernier que j’ai lu était le tien « Les 12 travaux d’Emeraude Kelly », je t’ai laissé un message à ce sujet sur ta précédente culture box où tu découvrais ton livre à la Fnac. Avant cela j’ai lu « Les Particules Elémentaires » de HOUELLLEBECK….. J’ai bien aimé car cela concerne mon époque, la libération de la femme entre autre…….A+

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s