QUE LA FORCE SOIT… AVEC QUI ELLE VOUDRA !

052074.jpg

Je m’apprête à faire une confession difficile et périlleuse…

Mon amoureux souhaite voir Star Wars VII. Dans l’absolu, why not ? C’est the buzz de ce mois de décembre 2015. Il faut vivre avec son temps…

Dans l’optique, donc, de cette séance à venir, nous avons décidé de visionner l’hexalogie déjà existante, histoire de se remettre en tête les personnages et les diverses péripéties de la saga. On a commencé par IV, V et VI (ceux avec Harrison Ford). Ces films ne faisaient pas partie de la vidéothèque de mes parents, donc je ne les ai pas vus étant gamine. Je ne les ai découverts que vers l’âge de 20 ans (il y a 18 ans environ). Et j’en avais plutôt gardé un assez bon souvenir.

Or là, aïe aïe aïe, c’est le désappointement, le « tombage de haut », la grosse souffrance. Je trouve ça mauvais mauvais mauvais ! Pataud, ringard, grotesque. Bon d’accord, je me fends la poire devant les masques improbables de certaines créatures (lesquelles ressemblent à s’y méprendre aux divers endroits de l’anatomie que recouvre un slip !), mais ça ne suffit pas à me tenir en haleine deux heures durant à chaque fois.

Par conséquent, la perspective de devoir m’enfiler encore quatre longs navets de cet acabit (à savoir les épisodes I, II, III et VII) me flanque la migraine. Même Ewan McGregor, que pourtant j’adore, n’arrive pas à ranimer ma motivation. Mon compagnon s’offusque et moi je m’atterre. Et je sens bien que l’on va finir par former 2 groupes de 1, avec chacun sa salle ; lui celle qui passera SW number seven, et moi celle qui projettera, par exemple, La Vie Très Privée de Monsieur Sim (avec Bacri).

Ce n’est pas la première fois que je passe à côté d’un truc qui cartonne. Avant Star Wars, je suis déjà restée froide comme un concombre devant les sagas d’Harry Potter et du Seigneur des Anneaux. (Et pourtant, j’ai avec Harry Potter une histoire personnelle particulière que je vous raconterai peut-être un jour…) Il y a quelque chose dans tous ces grands cycles qui sent un peu trop la grosse machinerie commerciale à mon goût. Ceci étant, autant pour Harry que pour Frodon, j’avais quand même supporté le visionnage de leurs aventures sans déplaisir.

Tandis que là, entre l’asthmatique gothique, les jumeaux incestueux, le bad boy du dimanche, le clébard autiste, le gourou verdâtre, les Jedi à cape faisant mumuse avec leur gros sabre laser, et les fameuses bestioles (mentionnées plus haut) au look génital et/ou anal, eh bien je déclare forfait. Et j’avoue mon brusque désir de revoir plutôt l’intégrale Rohmer.

Bref, la Force n’est pas avec moi !

Voilà.

Je sais, c’est honteux.

Scandaleux.

Lamentable.

Je me dégoûte moi-même.

Je suis nue en Place de Grève.

Vous pouvez commencer la lapidation…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s